Alimentation biologique : 10 raisons de manger bio !

Ecrit par   |  0 Commentaire

Poulet bio, ketchup bio, gâteaux bio… le « bio » a envahi les supermarchés, devenant une « mode » avant tout. Mais pourquoi devrions-nous manger bio ? Quels sont les bienfaits de l’alimentation bio ? Voici donc un petit tour d’horizon des avantages que nous pouvons tirer de l’alimentation biologique.

Alimentation biologique : Pourquoi devrions-nous manger bio ?

1) Manger bio nous permet de manger plus sainement

Manger Bio, c’est manger des aliments avec plus de vitamines et de minéraux que bon nombre de produits venus de l’agriculture traditionnelle. Selon le livre Manger bio c’est mieux !:

– Les poivrons bio contiennent plus d’antioxydants (vitamine C, carotène, flavonoïdes) que les poivrons qui ne sont pas bios.
– Les produits bio (blé, lentilles, miel, oeufs) contiennent plus de fer mais moins de zinc et de cuivre que les conventionnels.
– La viande d’agneau est de meilleure qualité en bio : plus d’AG insaturés et d’oméga 3.

2)  On consomme moins de pesticides

Des rapports de l’Organisation Mondiale de la Santé (OMS) et de la Food and Agriculture Organization (FAO) ont montré que les produits bio comportent des teneurs moindres en nitrates et en résidus de pesticides que les produits non bio.

Selon des études menées par l’Autorité européenne de sécurité des aliments (EFSA), seuls 2% des échantillons bios analysés par la France contenaient des traces de pesticides, contre 37,74% des fruits et légumes issus de l’agriculture intensive (dont plus de 3,1% contenait des quantités supérieures aux limites imposées par la loi). En moyenne, les consommateurs ont donc 18 fois plus de risques de trouver un résidu de pesticide dans un aliment issu de l’agriculture intensive que dans un aliment issu de l’agriculture biologique.

DrBB-dangers-des-pesticides

Source : Freepik/DocteurBonneBouffe.com

3) On mange des aliments plus savoureux

Il est très difficile de prouver scientifiquement qu’un aliment a plus de goût et, soyons honnête, ceci n’est pas frappant pour tous les produits. Mais cela est vrai pour les fruits et les légumes. En effet, les fruits et légumes issus de cultures végétales bio, sont récoltés plus mûrs que leurs homologues conventionnels et donc ont le temps de se concentrer en arômes, résultant ainsi en un goût plus savoureux.

De plus, les aliments cultivés en plein champ grandissent avec le soleil, la rosée matinale, et puisent leur nutriment et l’eau dans les sols contrairement aux aliments de l’agriculture intensive de plus en plus cultivés hors-sol ou cultivés sur des sols « morts » dû à l’utilisation de pesticides. Ils ont donc au final moins d’eau, plus de vitamines, de minéraux et d’anti-oxydants.

4)  C’est bon pour l’environnement

L’agriculture biologique protège les sols et limite l’érosion. L’utilisation massive de pesticides et d’engrais chimiques tue les sols et toute biodiversité. Résultat : on trouve des sols compacts et sans vie, créant de l’érosion à la première averse. Le bio, lui, utilise des matières organiques animales ou végétales. De même, l’agriculteur n’utilise pas d’engrais chimiques et alterne les cultures  sur une même parcelle.

L’agriculture biologique préserve également l’eau. Par le choix de variétés adaptées aux conditions locales, ou  moins gourmandes en eau, le bio nécessite moins d’irrigation et donc moins d’eau. Contrairement à l’agriculture classique qui, de par l’irrigation de monocultures intensives comme le maïs ou le soja, rejette dans les sols l’eau polluée par des produits chimiques de synthèse et des nitrates.

Enfin, l’agriculture biologique agit quotidiennement pour la biodiversité : Alors que le taux de disparition des espèces vivantes est actuellement 1000 fois plus élevé qu’avant l’ère industrielle, le bio qui emploie des variétés et des races locales, anciennes, parfois presque disparues permet d’entretenir une certaine biodiversité.

avantages jardins collaboratifs

Source : vector4free.com

5)  Ce n’est pas forcément plus cher !

 L’agriculture bio demande certes plus de temps, plus de main-d’œuvre et des rendements plus faibles que ceux obtenus par l’agriculture traditionnelle. Pas de surprise donc, les prix des produits bio sont donc plus élevés que ceux des non bio (on notera une réduction de l’écart ces dernières années avec le développement du bio). Cependant, on peut souligner d’autres aspects, qui une fois pris en compte, équilibrent la balance économique :

– Les produits issus de l’agriculture conventionnelle profitent de subventions qui sont financées par les contribuables;

– Les coûts environnementaux induits par la pollution, le traitement des eaux, et les coûts de la santé, conséquence d’une consommation « agro-alimentarisée » bien trop développée.

6)  On protège la planète

On privilégie bien souvent les « petits » agriculteurs quand on achète bio et on favorise surtout ceux qui se préoccupent de la QUALITE ! Qualité pour l’environnement et la biodiversité, qualité pour l’Homme et sa santé, ce mot devenu gros-mot par les temps qui courent, qu’il conviendrait de remettre au centre de l’assiette.

7)  Manger bio, c’est certifié

 La seule et unique façon de vérifier cette certification est la présence du label AB (Agriculture Biologique) sur les emballages. Délivré par le ministère de l’Agriculture, il certifie que 95 % de leurs ingrédients sont d’origine biologique. Chaque agriculteur disposant de cette certification sera contrôlé à l’improviste une fois par an.

8) On mange sans OGM

Nul besoin d’expliquer ce que sont les OGM, ces outils merveilleux permettant une fois qu’on a tué les sols de créer des plantes qui poussent envers et contre tout. Notons qu’un étiquetage indiquant la présence d’OGM est obligatoire pour des produits dont la composition est supérieure à 0,9 %.

9)  On apprend l’existence de bon nombre d’aliments

Le bio s’est démocratisé ces 10 dernières années et aujourd’hui, on trouve du bio partout. On préférera tout de même acheter ses produits sur les marchés biologiques ou chez les producteurs privilégiant les circuits courts pour les personnes vivant en campagne.

On trouve des dizaines d’aliments dont on ne soupçonne même pas l’existence, des farines ou autres légumes inconnus pour le commun des mortel habitué aux plats cuisinés. Bref, entrez dans un magasin bio et faites vous plaisir en apprenant !

Astuces pour instaurer la cuisine méditerranéenne dans son alimentation

Source: FREEPIK/DocteurBonneBouffe.com

10)  Mangé bio, c’est être engagé !

Manger bio est une vision de voir le monde. Manger bio c’est avoir compris qu’aujourd’hui on tue nos sols au quotidien, que l’on réduit à peau de chagrin la biodiversité, que l’on met de côté la santé des individus et que l’on donne notre argent à des gens peu scrupuleux dont le mot d’ordre est la croissance, croissance continuelle qui accentue les premiers éléments cités.

Manger bio ce n’est pas qu’une question de composition d’assiette mais c’est s’engager, à l’heure ou les scandales de santé publique n’en sont qu’a leur prémisses,  s’engager socialement et humainement pour développer des emplois « positifs » composés d’hommes et de femmes qui se battent au quotidien pour la qualité et le respect, s’engager environnementalement pour la planète sur laquelle on vie, parce qu’après tout, protéger la planète n’est rien d’autre que nos protéger nous mêmes.

D’autres avantages à consommer bio ? N’hésitez pas à nous les laisser en commentaires !

 Lisez également nos derniers articles:
– « Alimentation locale: 6 bonnes raisons de privilégier les produits locaux »
– « Manger sainement et équilibré coûte-t-il aussi cher que l’on pense? »
 

Et pour aller plus loin :
« Pesticides : Révélations sur un scandale français », Editions Fayard.
« Vous reprendrez bien un peu de pesticides ? »
, Editions Archipel.

Commentaires

commentaires

Diététicienne-Nutritionniste & Blogueuse complètement FOOD-dingue. Experte de la bonne bouffe, j'ai créé le blog DocteurBonneBouffe.com en 2013. Mon objectif : manger sainement en se faisant plaisir !

Laissez un commentaire:

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *