Contrefaçon alimentaire: concerne-t-elle uniquement la viande de cheval?

Ecrit par   |  0 Commentaire

Alors qu’en 2006, une étude Ipsos révélait que la contrefaçon alimentaire représentait 10 % des produits contrefaits saisis en 2006, aujourd’hui, il n’y a aucun doute que ce chiffre est en forte augmentation. En effet, d’après la FDA, la fraude aux faux aliments a connu un bond de 60% rien qu’en 2012. Et l’affaire récente de la viande de cheval n’a fait qu’ouvrir la boîte de Pandore…

Le goût du cheval, tout le monde le connaît maintenant !

La contrefaçon alimentaire prolifère dans nos assiettes depuis ces dernières années et si, à la base, les fraudes portaient plutôt sur les emballages et le droit à la propriété intellectuelle (fraude à la marque), désormais on constate que la contrefaçon concerne les aliments eux-mêmes

Le scandale de la viande de cheval a mobilisé des centaines d’inspecteurs et de vétérinaires de toute l’Europe. Tonio Borg, commissaire européen chargé de la Santé et des Consommateurs, annonçait alors que cette supercherie concernerait environ 1% des viandes, mais beaucoup de professionnels du milieu trouvent Tonio Borg beaucoup trop optimiste…

En effet, la contrefaçon alimentaire existe depuis plus d’une dizaine d’années maintenant, mais elle était jusqu’alors peu médiatisée – du fait des marques industrielles qui font « tout » pour étouffer les scandales et affaires de ce genre, qui nuisent à leur réputation.

Viande de cheval et contrefaçon alimentaire

La contrefaçon alimentaire : pourquoi ?

Alors que les spéculations sur les aliments de base ont provoqué la hausse du prix de l’alimentation et la crise a réduit le pouvoir d’achat des Européens, les consommateurs ont tendance à restreindre leur budget et donc à privilégier des produits moins chers, ce qui exerce une pression sur les fournisseurs.

En effet, dans ce milieu, le fournisseur le moins cher « gagne ». Ainsi, afin de survivre sur le marché, les producteurs sont amenés à faire des sacrifices : ils « cassent » les prix… souvent au détriment des normes de santé et de sécurité

Pourquoi la viande de cheval ?

Revenons au cas de la viande de cheval: La viande de cheval est une viande très saine, elle est une des viandes les moins grasses, de plus, en termes de prix elle est très abordable, au même niveau que la viande de bœuf.

Alors, outre les raisons écologiques, pourquoi un tel vacarme autour de la viande de cheval? C’est facile. Pour que le procédé des producteurs soit rentable, les industriels n’utilisent bien évidemment pas les meilleurs parties de la viande de cheval… Ils ont plutôt recours à des restes ou aux parties se trouvant sur la partie du front du cheval. Ces parties de viande ont, en effet, un goût médiocre; de plus, elles coûtent en moyenne 4 fois moins que la viande de bœuf. Le profit est donc énorme, même sur une petite ration…

Suite au scandale de la viande de cheval dans les lasagnes « 100% pur boeuf », un grand nombre de fabricants ont été contraints à détruire les marchandises suspectes. Nestlé, la plus grande société alimentaire au monde, retire des ventes en Espagne et en Italie des raviolis et tortellinis normalement à base de bœuf. Pour la même raison, la société a cessé la vente de lasagnes congelées en France. En Russie, les services vétérinaires ont confisqués des saucisses de viande de cheval importés d’Autriche. Selon les documents, ceux-ci devaient être fabriqués à 100% de bœuf…

viande rouge bienfaits et risques

D’autres viandes concernées par la contrefaçon

Mais la contrefaçon de viande ne concerne pas seulement la viande de cheval…

Au Danemark, des inspecteurs ont découvert du porc dans la viande bovine qui était destinée à des fasts foods commercialisant des Kebabs et des restaurants spécialisés dans la cuisine du Moyen-Orient. Embarrassante découverte alors que le Danemark compte plus de 200 000 musulmans qui ne peuvent pas manger de porc – considéré comme « impur » dans cette religion.

La plus grande minorité religieuse en Grande-Bretagne, les hindous, ont connu un choc semblable lorsque la Food Standards Agency (FSA) – organisme britannique qui se soucie des normes alimentaires  – a conclu que sur les 129 restaurants indiens examinés en Ecosse, 46 lieux proposaient de la viande de boeuf à la place de viande de vache. (Rappelons que, pour les hindous, la vache est un animal sacré).

En Royaume Uni, lorsque l’agence a inspecté les usines de viande dans les environs de York (dans le nord de l’Angleterre), au lieu de trouver de la viande de boeuf pur, les inspecteurs ont trouvé un mélange de trois espèces : du bœuf, du cheval et de.. l’âne ! Les inspecteurs suspectent que ceux-si sont probablement d’origine irlandaise car les ânes ont longtemps été considérés comme des animaux de compagnie en Irlande. Cependant, à cause de la crise, les habitants ont commencé à se débarrer de leurs protégés… Vous connaissez la suite de l’histoire…

Autre exemple, en Allemagne, on a détecté de la viande de chèvre, de singe et de buffle dans des saucisses et des hamburgers supposés de bœuf. Bon appétit…

Aux Etats-Unis, une organisation à but non lucratif appelée Oceana, a examiné les poissons servis dans un certain nombre de magasins et de restaurants. Les résultats montrent qu’une fois sur trois, le poisson était étiqueté sous le nom d’une espèce différente! Les résultats ont été particulièrement désastreux pour les vivaneaux rouges, une espèce de poisson très populaire dans les Caraïbes et les îles du Pacifique : sur les 120 échantillons de vivaneaux rouges, 113 était en fait une autre espèce de poisson.

viande rouge: bienfaits et risques pour la santé

Un problème à niveau mondial

Les exemples de contrefaçon alimentaire touchent désormais tous les aliments et tous les pays. Alors que la Chine était suspectée d’être le principal producteur de produits contrefaits (c’était le cas il y a quelques années), l’augmentation des contrôles montre que les produits contrefaits proviennent de partout et touchent tous les pays. Rappelons-nous, en 2008, toute l’Europe a été secouée lorsqu’on a découvert qu’un lot d’huile de tournesol provenant d’un producteur ukrainien contenait de l’huile de moteur.

Et même si la contrefaçon alimentaire répond aux besoins des consommateurs – acheter des produits moins chers -, sommes-nous prêts à sacrifier notre santé juste pour manger moins cher ?

Crédits photo: FreeDigitalPhotos.net

Blogueuse complètement foodingue & Créatrice de DocteurBonneBouffe.com. Objectif: Manger sainement en se faisant plaisir !

Laissez un commentaire:

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <s> <strike> <strong>