0
Apprendre à mieux manger

Ouverture du premier supermarché “zéro emballage”

original unverpacked, premier supermarche zero emballage allemand
Temps de lecture : 4 min.

Alors que beaucoup de scientifiques alertent sur les dangers du contact du plastique avec les aliments ou encore sur l’impact grandissant du gaspillage alimentaire, un nouveau concept voit le jour : celui des supermarchés “zéro emballage”. DocteurBonneBouffe vous en dit plus sur ce concept innovant.

Original Unverpackt: le premier supermarché “zéro emballage”

A la découverte d’un supermarché pas comme les autres

Imaginez un supermarché où les pots de yaourts n’existeraient pas, où le shampooing s’achèterait au centilitre, où les légumes ne seraient pas vendus sous plastique… C’est le rêve de deux jeunes Berlinoises qui ont monté la start-up Original Unverpackt (traduction: «sans emballage d’origine»;«non emballé à l’origine»).

Milena Glimbovski, 23 ans, et Sara Wolf, 30 ans, projettent en effet d’ouvrir à Berlin le premier supermarché allemand à proposer des produits non emballés. Dans leur magasin, les produits de consommation courante seront stockés dans de grands récipients et vendus au poids. Dans ces rayons pas de barquettes en plastique donc ni de boîtes de conserve. La lessive y est vendue au litre, les œufs à l’unité, les pâtes au poids. Même le shampoing, le gel douche s’obtiennent sans emballage. Les clients ont donc le choix entre apporter leurs propres récipients, se procurer sur place des récipients réutilisables ou bien utiliser des sacs en papier recyclé.

Milena Glimbovski, 23 ans, et Sara Wolf, 30 ans, créatrices du concept Original Unverpackt

Milena Glimbovski, 23 ans, et Sara Wolf, 30 ans, créatrices du concept Original Unverpackt

Original Unverpackt, le premier concept de supermarché "zéro emballage" allemand.

Original Unverpackt, le premier concept de supermarché “zéro emballage” allemand.

Un concept pas totalement novateur

Si le concept du “zéro packaging” n’est pas totalement nouveau (puisqu’autrefois toutes les épiceries fonctionnaient ainsi), de plus en plus d’épiceries décident de revenir aux sources. Et ce, pour plusieurs raisons.

Utilisation excessive d’emballage et gaspillage alimentaire

Les épiceries “zéro packaging” présenteraient, en effet, de nombreux avantages: tout d’abord, l’absence d’emballage réduirait de manière conséquente le gaspillage alimentaire. Il faut savoir que les emballages représentent 50% en volume et 30% en poids des déchets des ménages. En France, 5 millions de tonnes de déchets d’emballages par an sont produits par les ménages, soit 100 milliards d’unités d’emballages. Un chiffre énorme, souvent lié à l’utilisation excessive de l’emballage par l’industrie alimentaire – souvent pour des raisons purement marketing : pour inciter le consommateur à acheter, pour faire la promotion du produit et de la marque ou encore à tromper l’acheteur sur la quantité réelle de produit en utilisant des emballages surdimensionnés.

L’impact nocif des emballages sur la santé

Il suffit d’aller dans un supermarché pour se rendre compte que le plastique est devenu un élément incontournable des emballages alimentaires. On le retrouve partout ! Le problème : de plus en plus d’études alertent sur les composés chimiques renfermés dans les objets en plastique, ou induis de plastique que nous côtoyions au quotidien.

Certains éléments présents dans les plastiques des emballages pourraient migrer dans les denrées alimentaires ayant ainsi un impact sur notre santé parfois très controversé comme le montre le cas du bisphénol A qui est interdit dans certains pays et pas dans d’autres.

Des économies d’argent conséquentes

Pour le consommateur final, l’absence de packaging permettrait de réaliser des économies d’argent. En effet, car dans la grande distribution, le packaging présenterait un coût, incorporé dans le prix final du produit. Ce coût, peu transparent, est donc supporté par l’acheteur final – sans que celui ne s’en rendre vraiment compte. A long terme, en achetant uniquement des produits sans emballage, le consommateur pourrait donc réaliser d’importantes économies.

Vers un retour aux sources?

Quelques épiceries zéro emballage ont déjà été lancées ces dernières années. Pionnier en Europe, le magasin Unpackaged a ouvert ses portes à Londres en 2007, comme le rapportait The Independant, mais a tiré le rideau en 2013, faute d’être rentable. A Vienne, une autre épicerie à l’ancienne, Luzners, a ouvert au début de l’année.

En France, un magasin de la sorte devrait bientôt ouvrir à Bordeaux… Mais DocteurBonneBouffe vous en parlera très bientôt:-)

Réagissez à l'article en commentaires !

commentaires

Vous pourriez aussi aimer