Diabète et repas de fêtes : comment gérer ?

Ecrit par   |  0 Commentaire

Chaque année, les fêtes de Noël et de fin d’année sont l’occasion de passer des moments de convivialité et de plaisir, partagés en famille ou entre amis, des parenthèses festives où presque tout est permis… Par nature, un repas de fête est un repas un peu exceptionnel : le menu est plus riche, différents alcools sont proposés, les horaires sont décalés et le repas dure en longueur. Mais comment gérer cela lorsqu’on est diabétiquePatricia Fiquet, Diététicienne-Nutritionniste & Experte en diabétologie répond à toutes vos questions dans cet article.

Comment concilier diabète et repas de fêtes ?

Quelques conseils de base

Il est tout à fait possible de se faire plaisir pendant les fêtes de fin d’année, même en étant diabétique. Deux choses sont simplement à surveiller : faire en sorte de préserver au mieux l’équilibre de son repas et éviter de trop grands excès

Pour cela, quelques principes de bon sens :

  • Faire la fête, c’est partager et ne pas se priver de tout.
  • On ne se met pas à la diète 3 jours avant pour dévorer le jour J.
  • Pour profiter du repas il est bon de gérer son appétit depuis l’apéritif jusqu’à la bouchée au chocolat
  • Ecouter son corps : sensation de satiété, poids sur l’estomac, langue pâteuse, goût saturé, des signaux d’alerte qu’il faut savoir repérer.

Mais comment mettre en application ces principes sans trop d’effort ?

7 conseils pour gérer le repas de fêtes quand on est diabétique

#1 A l’apéritif réservez votre appétit

L’apéritif, comme son nom l’indique, n’est qu’une mise en bouche. Évitez de craquer sur tout, au risque de trop manger et de ne plus avoir faim au met principal. 

Le conseil de notre diététicienne :

  • Si cela peut vous aider en termes de quantités, limitez-vous à un ou deux amuse-gueules.
  • Tournez vous autant que possible vers des amuse-gueules plus légers et plus diététiques.  Ne vous précipitez pas sur les cubes de fromage, les feuilletés gras ou encore les cacahuètes salés, il y aura peut être des crudités à tremper dans des sauces au yaourt ou au fromage blanc, des crevettes, des tomates cerises ou des toasts plus légers au fromage frais, au poisson ? D’ailleurs, si c’est vous qui recevez, pensez-y !

#2 Choisissez des entrées peu caloriques

Tout comme pour l’apéritif, préférez si vous le pouvez des entrées légères servies en petites quantités. L’entrée doit être une entrée, et non un plat à part entière :).

Si vous recevez, voici quelques idées d’entrées légères et peu caloriques que vous pouvez proposer à vos convives :

  • Une salade composée festive au foie gras (quelques bouchées)/gésiers (quelques bouchées)/fruits de mer (noix de Saint-Jacques, pétoncles, langoustines…). Exemple avec cette salade de mâche aux poires et aux gésiers ;
  • Des huîtres ou fruits de mer, évidemment en limitant pain et beurre. Exemple : croustillant de Saint-Jacques aux poireaux avec l’astuce de servir l’entrée dans les coquilles Saint-Jacques (évitant ainsi l’utilisation de pâte feuilletée). 
  • Un velouté ou potage raffiné. Exemple de ce délicieux velouté festif de cèpes.

#3 Équilibrez votre repas

Veillez à ce que votre assiette soit avant tout équilibrée.

Pour cela, faites en sorte de toujours avoir des légumes en majorité dans votre assiette et évitez les excès que ce soit en matières grasses, en féculents ou encore en desserts. Évitez de trop saucer, cela limitera aussi votre consommation de pain.

#4 Évitez de vous resservir

Si vous invitez chez vous, optez pour un service à l’assiette et prévoyez de panacher légumes verts et féculents.

A l’extérieur, faites en sortes de remplir votre assiette (de façon équilibrée bien sûr) de ce que vous prévoyez manger afin d’avoir une vue globale de ce que vous mangerez. Et évitez de vous resservir. 

#5 Contentez-vous de goûter un seul des fromages du plateau

Au moment de passer au fromage, choisissez-en un seul (votre préféré, par exemple) et ne goûtez que celui-là. Cela vous permettra ainsi de vous faire plaisir en étant raisonnable, et sans blesser personne ni gêner la convivialité.

#6 Ne vous privez pas de dessert

C’est une diététicienne qui le dit ! Le plaisir est important et les repas de fêtes sont des repas où il est indispensable de ne pas se sentir différents des autres convives. Alors, acceptez une part quel qu’elle soit mais limitez-vous à cette part.

Si vous recevez chez vous, pensez aux desserts plus légers, tels que ceux à base de glace, sorbet, fruits ou encore mousses.

#7 Ne mélangez pas les boissons alcoolisées

Les repas de fêtes sont des repas où l’alcool peut être omniprésent. Ne videz pas trop vite votre verre et alternez chaque verre de vin avec un grand verre d’eau.

Savoir gérer les situations particulières

Si vous êtes dans le cas où votre traitement comporte une injection d’insuline rapide avant chaque repas. Vous êtes à risque de jongler entre des hyper- et des hypoglycémie. Pour profiter pleinement des festivités, quelques règles de base vous aideront.

  • Ayez de quoi contrôler votre glycémie. Avec la lecture de glycémie en continu cela est désormais aisé.
  • N’injectez pas d’insuline au moment de l’apéritif qui peut s’éterniser et entraîner une action trop précoce de l’insuline.
  • Si vous buvez de l’alcool, je rappelle que l’alcool est hypoglycémiant, c’est-à-dire qu’il peut favoriser les hypoglycémies. Je vous conseille alors de consommer des glucides sous forme de toasts ou gâteaux apéritifs plutôt que du saucisson ou du fromage (qui ne contiennent pas de glucides).
  • Evaluez la composition des plats pour adapter votre injection que vous pouvez d’ailleurs fractionner surtout si vous attendez longtemps entre chaque plat.
  • Je vous déconseille de programmer trop d’insuline au départ : les repas festifs sont souvent plus riches en protéines et en graisses, les glucides arrivant souvent plus tard dans le repas et notamment au dessert. Il serait dommage de se gâcher la fête à cause d’une hypoglycémie…

Je vous souhaite à tous un Joyeux Noël et une bonne fin d’année. Gardez en tête que les fêtes n’arrivent qu’une fois par an !

A l’année prochaine pour de nouveaux articles dans la catégorie « Diabète et Alimentation » !

Commentaires

commentaires

Diététicienne-Nutritionniste hospitalière, je travaille au sein du service de Diabétologie de l'Hôtel-Dieu de Paris depuis 1985 ! Auprès de l'équipe du professeur Georges Tchobroutsky, précurseur en éducation thérapeutique et du Professeur Gérard Slama, passionné de Nutrition, j'ai découvert ce domaine en constante évolution et aujourd'hui je travaille toujours en Diabétologie à l'hôpital Cochin-Port Royal. Je me ferai une joie de répondre à vos questions concernant la diététique du diabète !