0
La santé par l'alimentation

Perte d’audition et alimentation : quels liens ?6 minutes de lecture

22/11/2019
perte d'audition alimentation

La perte d’audition serait-il liée à ce qu’on mange ? Si un environnement bruyant ou encore l’utilisation de baladeurs pour écouter de la musique accroissent les risques de problèmes d’audition, on sait aujourd’hui que l’alimentation a tout autant son rôle à jouer. De plus en plus d’études tendent ainsi à affirmer que notre alimentation aurait bien des effets sur le développement de problèmes auditifs. Alors, comment préserver notre ouïe par l’alimentation ? Explications de votre diététicienne-nutritionniste préférée !

Perte d’audition : 10 nutriments impliqués dans le maintien d’une bonne santé auditive

#1 Faire le plein d’antioxydants pour des oreilles en bonne santé

De plus en plus de scientifiques se mettent d’accord sur le fait que la perte de l’audition serait à l’origine de la formation de radicaux libres dans l’oreille interne. En changeant son alimentation, notamment en consommant suffisamment d’antioxydants, on pourrait ainsi prévenir une perte d’audition voire même avoir un effet curatif. En effet, car rappelons que ces derniers ont des effets protecteurs contre les radicaux libres.

Mon conseil : Veillez à avoir tous les jours une bonne dose d’antioxydants dans votre assiette. Pour cela, rien de plus facile ! Les aliments qui en sont les plus riches sont les fruits et les légumes. Leur immense variété vous donnera certainement le moyen de trouver votre compte ! Et si vous n’avez pas d’idées, voici une petite liste des aliments les plus riches en antioxydants.

#2 Veiller à ses apports en oméga 3

Selon d’autres hypothèses scientifiques, la perte d’audition serait liée à une mauvaise vascularisation de l’oreille interne (Presbyacousie). Prendre soin de sa santé cardiovasculaire permet donc d’avoir un bon flux sanguin dans les plus petits vaisseaux sanguins des oreilles et donc de protéger notre audition.

Un moyen d’y parvenir est de veiller à la couverture de ses apports en oméga-3. Cet acide gras essentiel – que l’organisme ne sait pas synthétiser – est connu pour son effet protecteur contre les maladies cardiovasculaires, pourtant nous avons souvent tendance à en manquer. Les aliments qui en contiennent le plus ? Les poissons, et notamment les poissons gras (car les omégas-3 se logent principalement dans les graisses). Une étude a d’ailleurs fait le lien entre consommation de poisson et perte d’audition. Selon les conclusions, manger au moins 2 portions de poisson par semaine permet de diminuer le risque de perte auditive (1).

Mon conseil : Pour couvrir vos apports en oméga 3, veillez à consommer au moins 1 poisson gras par semaine, à savoir saumon, sardines, hareng, maquereau…. Les poissons gras sont aussi ceux possiblement les plus contaminés par les métaux lourds (car les contaminants se logent surtout dans les réserves graisseuses), c’est pourquoi n’hésitez pas à alterner avec d’autres sources alimentaires d’oméga-3.

#3 Surveiller les carences en fer

Une étude menée sur plus de 300 000 personnes a montré que le manque de fer est associé à une perte de l’acuité auditive (2). Ce lien est expliqué par le fait que les carences en fer (appelées anémies) augmentent le risque de dommages vasculaires au niveau de l’oreille, et donc de perte auditive neurosensorielle. Si les risques d’une carence en fer sont bien connus des scientifiques, cette découverte ouvre de nouvelles possibilités de traitement pour le futur.

Mon conseil : Le manque de fer concerne particulièrement les femmes en âge de procréer ainsi que les personnes consommant peu voire pas du tout de viande (végétariens/vegans). Si vous êtes dans un de ces cas, assurez-vous d’avoir une alimentation équilibrée, incluant des aliments riches en fer et en vitamine C (qui favorise son absorption).

#4 Avoir une alimentation riche en magnésium

Le magnésium aurait aussi son rôle à jouer dans le maintien de la santé de nos oreilles. Selon les études menées sur le sujet, les apports élevés en magnésium sont associés à une meilleure audition (3). Ce dernier, déjà connue pour ses effets protecteurs contre le stress, semble également avoir un effet protecteur contre le stress sonore, qui serait un facteur déclencheur de problèmes auditifs.

Mon conseil : On fait en sorte d’introduire suffisamment d’aliments riches en magnésium dans son alimentation. Et on n’oublie pas de veiller au stress et au surmenage, deux facteurs qui augmentent drastiquement nos besoins en magnésium, nous rendant plus vulnérables aux carences.

#5 Limiter le sel

Le sodium est un nutriment connu pour ses risques cardiovasculaires en cas de consommation excessive. Mais ce dernier serait également nocif en excès pour la santé de nos oreilles. En effet, par le même principe, l’excès de sel favorise l’augmentation de la tension artérielle de l’oreille interne pouvant entraîner des dommages vasculaires à l’origine d’une perte auditive.

Mon conseil : Prendez soin de ne pas avoir une alimentation trop riche en sel et de couvrir vos apports en potassium. En effet, rappelons que ce dernier agit en interdépendance avec le sodium. Ces apports sont donc tout aussi important que ceux en sodium.

#6 Autres nutriments impliqués dans la perte d’audition :

D’autres nutriments sont également impliqués dans la santé auditive :

  • la vitamine C : puissante vitamine antioxydante ;
  • le bêta-carotène : nutriment connu pour son rôle dans l’acuité visuelle… mais aussi auditive ;
  • la vitamine B9 (de son vrai nom : acide folique) : elle jouerait un rôle protecteur pour l’audition, en particulier chez les patients souffrant d’acouphènes ;
  • le zinc et la vitamine D, bien que leurs mécanismes restent encore peu clairs.

Le petit mot de la diététicienne

Si le rôle de l’alimentation se confirme de plus en plus, il est important de rappeler l’importance de prendre soin de ses oreilles via deux gestes simples :

  1. choisir le bon type d’écouteurs quand vous écoutez de la musique : évitez impérativement les écouteurs intra-auriculaires (qui se glissent dans l’oreille) qui amplifient le son et nous poussent à monter le volume pour couvrir le fond sonore ambiant.
  2. éviter les écoutes trop fortes : le site LaNutrition.fr recommande la règle “60% / 30 minutes” selon laquelle il est conseillé de régler le niveau sonore à maximum 60% du volume et de limiter la durée d’écoute à 30 minutes maximum par jour avec des écouteurs intra-auriculaires.

Et pour évaluer votre capacité auditive, n’hésitez pas à réaliser un test auditif en ligne gratuit comme celui proposé par le site Ideal-Audition.fr.

Bonne santé à tous et à bientôt !
– Nathalie alias “Docteur” BonneBouffe :)

Sources :
(1) Fish and fatty acid consumption and the risk of hearing loss in women. American Journal of Clinical Nutrition, étude publiée en septembre 2014.
(2) Association of Iron Deficiency Anemia With Hearing Loss in US Adults. JAMA Otolaryngol Head Neck Surg. Published online December 29, 2016. doi:10.1001/jamaoto.2016.3631
(3) Antioxidant vitamins and magnesium and the risk of hearing loss in the US general population.  American Journal of Clinical Nutrition, étude publiée en novembre 2013.

Full Disclosure : Cet article a été commandité par Idéal Audition. Merci de supporter les entreprises qui permettent au blog DocteurBonneBouffe.com d’être en ligne !

Réagissez à l'article en commentaires !

commentaires

Vous pourriez aussi aimer

Aucun commentaire

Laisser un commentaire