végétarisme chez les jeunes

Les jeunes du futur : tous végétariens ?

par @drbonnebouffe
Publié le : Dernière mise à jour le :

Alors que la consommation de viande est un sujet devenu de plus en plus polémique au fil des dernières années, le végétarisme fait de plus en plus d’adeptes. A commencer par les jeunes ! Diplomeo a réalisé une étude intéressante sur la position des jeunes Français sur le sujet (étude 2020) [1]. Qu’en est-il ? Les nouvelles générations se détournent-t-elles de la viande et des protéines animales ? Voici quelques statistiques intéressantes issues des conclusions de l’étude.

Le végétarisme chez les jeunes : des chiffres très surprenants

Depuis plusieurs années maintenant, les questions tournant autour de la végétalisation de l’assiette et de la place des animaux dans notre alimentation attirent de plus en plus l’attention. Les modes de consommation excluant les protéines animales (régime végétarien, végétalien, etc.) sont de plus en plus répandus au sein des jeunes. Selon l’étude Diplomeo réalisée en 2020 [1], 11% des jeunes Français de 16 à 25 ans ont bannis la viande ou le poisson de leur alimentation.

Mais si la majorité n’exclue pas complètement les aliments carnés de leur alimentation, 18 % se disent tout de même « flexitariens », une alimentation qui consiste à réduire très fortement sa consommation de viande et à n’en manger qu’occasionnellement.

Le végétarisme chez les jeunes de 16 à 25 ans

Selon l’étude Diplomeo réalisée sur 3094 jeunes Français de 16 à 25 ans :

  • 2% sont végétaliens (ne consomment aucune chair animale : poisson, viande, oeufs, laits de vache ou encore fromage sont bannis):
  • 6% sont végétariens (ne consomment ni viande ni poisson);
  • 3% sont pesco-végétariens (consomment encore du poisson mais pas de viande);
  • et 18% se disent flexitariens (consomment des produits animaux mais occasionnellement).

Ainsi, “seulement” 69 % des 16-25 ans déclarent manger de la viande et des produits animaux, sans aucune restriction alimentaire.

LES JEUNES : TOUS VÉGÉTARIENS DANS LE FUTUR ?

Mais le plus surprenant est que parmi les jeunes n’étant ni végétarien ni végétalien, plus d’un quart pensent qu’ils pourraient le devenir un jour :

  • 83% de pesco-végétariens, 52% des flexitariens et 18% de ceux qui mangent de tout pensent devenir végétarien ou végétalien un jour ;
  • 51 % pensent que les mœurs vont changer en faveur d’une alimentation sans viande en France et 58 % trouvent que ce serait une bonne chose si cela se réalisait.

Parmi les jeunes de 16 à 26 ans ayant répondu à l’enquête, un plus grand nombre est composé de femmes. Les jeunes femmes végétariennes, végétaliennes et pescetariennes sont ainsi deux fois plus nombreuses (14%) que les hommes (7%). 

Pourquoi les jeunes réduisent-ils leur consommation de protéines animales ?

Parmi les causes qui poussent le plus souvent à réduire ou arrêter la viande, la volonté de limiter la souffrance animale est prépondérante. En effet, ce choix concerne 90 % des veggies, 82 % des pescétariens et 71 % des flexitariens.

Deuxième raison qui explique cette décision : la protection de l’environnement pour plus de 7 sur 10 d’entre eux. 

Enfin, dans un tiers des cas, le fait de « ne pas trop aimer la viande » est également une cause les poussant à réduire leur consommation de chair animale. 

 

Mon conseil de diététicienne

Si réduire la viande peut partir d’une bonne intention, il est important de prendre conscience que des précautions restent à prendre pour éviter les carences. En effet, je rappelle que l’adolescence est une période critique où le corps de l’adolescent se transforme pour passer de celui d’un enfant à celui d’un adulte. Ces nombreux changements impliquent des besoins énergétiques élevés. Une attention particulière devra donc être portée sur l’équilibre de l’assiette ainsi que la couverture de tous les nutriments. 

Pour accompagner au mieux les personnes désireuses de réduire ou arrêter la viande, j’ai créé un livre-programme pour réduire la viande sans carence : ce programme de 28 jours est particulièrement adapté aux jeunes adultes et aux adolescents grâce à son ton léger. Le livre comporte également de nombreux quizz, jeux et exercices afin d’appliquer la théorie et rendre l’apprentissage plus ludique. Plus d’infos ci-dessous : 

1 mois pour réduire la viande livre

Date de sortie : 1er septembre 2021
Editions :
Hachette Pratique
Nombre de pages : 96 pages
Prix de vente :
9,90 €

5/5

Sources :
[1] Étude Diplomeo réalisée du 20 octobre au 2 novembre 2020 auprès de 3094 jeunes âgés de 16 à 25 ans, selon la méthode des quotas.

Réagissez à l'article en commentaires !

Plus d'articles