Rhinite allergique : 6 astuces pour soulager les symptômes grâce à votre assiette

Ecrit par   |  0 Commentaire

Éternuements, nez qui coule, yeux rouges… la rhinite allergique vous fait voir de toutes les couleurs ? Rangez vos mouchoirs, Aurélie Boetsch, diététicienne et experte en micronutrition, vous fait découvrir comment la micronutrition peut aider à soulager les symptômes de vos allergies saisonnières.

Rhinite allergique : comment soulager les symptômes grâce à la micronutrition ?

Qu’est-ce que la rhinite allergique ?

La rhinite allergique est une forme d’allergie respiratoire, qui se caractérise par des éternuements à répétition, le « nez qui coule », des chatouillements dans le nez, des larmoiements ou encore une irritation des yeux. Elle est due à une réaction anormale de l’organisme au contact d’une substance étrangère, appelée allergène, qui normalement ne devrait pas entraîner de réaction de l’organisme. Le nombre de personnes allergiques a nettement augmenté ce dernières années : 25 à 30% de la population serait concerné.

Rhinite persistante et rhinite saisonnière

La rhinite peut être saisonnière : elle peut apparaître périodiquement, le plus souvent au printemps ou à l’été, avec la floraison de la plante allergène. Dans ce cas là, on l’appelle rhume des foins car elle est déclenchée par le pollen des arbres et arbustes (au printemps) ou par les graminées : gazon, foin, seigle, blé, maïs (l’été).

De nombreux spray, collyre ou comprimé anti-allergique existent mais saviez-vous que la composition de votre assiette peut soulager vos symptômes ?

6 astuces pour soulager la rhinite grâce à votre assiette

Même si le meilleur moyen de prévenir les allergies est d’éviter le contact avec l’allergène en cause, ça n’est pas toujours facile ou possible. Voici donc quelques astuces permettant de diminuer les symptômes des rhinites allergiques :

#1 Pleins feux sur les probiotiques !

Dès la naissance, notre microbiote intestinal, autrement dit notre flore intestinale, se constitue. Ces bonnes bactéries permettent de défendre notre organisme contre les agents pathogènes extérieurs. Et oui, rappelons que 70% de nos cellules immunitaires se trouvent au niveau intestinal ! Le problème, c’est que le moindre déséquilibre diminue ces défenses.

La prise de probiotiques peut alors être une solution car elle permet de rééquilibrer notre flore et de stimuler nos lymphocytes, ces guerriers de notre organisme.  Certaines études ont ainsi révélé une diminution des rhinites allergiques avec la prise de souches de probiotiques spécifiques.

Le conseil de DocteurBonneBouffe.com : Misez sur les probiotiques. On peut les retrouver dans les produits fermentés ou encore sous forme de compléments alimentaires.

#2 Privilégiez les bonnes graisses

Les omégas 3 sont des graisses indispensables à notre santé devant être apportées par l’alimentation, notre corps ne sachant les fabriquer seul. Ils ont une propriété anti-inflammatoire permettant de soulager certains symptômes, et notamment la rhinite ! Ainsi, il est intéressant de les inclure régulièrement dans notre alimentation.

Le conseil de DocteurBonneBouffe.com : Où trouver les oméga 3 ? On les trouve dans les poissons gras (sardine, thon, maquereau, saumon…), les huiles de lin, huile de colza et de cameline ou encore les fruits à coques comme les noix et les graines de lin. Consultez notre article sur les aliments les plus riches en oméga 3.

#3 Pensez à consommer du fer

Le fer est un minéral important pour notre organisme. Au niveau immunitaire, il intervient au sein de divers mécanismes jouant un rôle de défense. Il a été démontré qu’une carence en fer, même modérée, entraîne une diminution de l’activité et du nombre de nos lymphocytes, autrement dit il affecte notre système immunitaire !

Le conseil de DocteurBonneBouffe.com : Faites le plein de fer. Les principales sources en sont : les abats, la viande rouge, les œufs mais aussi les légumes secs comme les lentilles et les haricots blancs.

#4 Veillez à vos apports en zinc

Micronutriment souvent oublié, le zinc est impliqué dans de nombreuses réactions de nos fonctions immunitaires. Efficace même en petite quantité, il optimise nos défenses contre les agents pathogènes et a un rôle barrière au niveau de la peau et des muqueuses.

Le conseil de DocteurBonneBouffe.com : Pour faire le plein de zinc pour booster son immunité, consommez des aliments qui en sont riches, comme les huîtres, le bœuf, les germe de blé, le pain complet, les graines (pavot, sésame, courge) le crabe ou encore le cacao !

#5 Faites le plein de vitamine C !

Le rôle de la vitamine C dans la protection immunitaire n’est plus à démontrer. Elle a l’avantage de faciliter l’absorption du fer, qui, nous venons de le voir joue lui aussi un rôle de défense important. Lorsque l’on parle de vitamine C, on pense bien sûr de suite aux agrumes comme les oranges mais on la retrouve dans la plupart des fruits et légumes : cassis, poivrons, fraises ou encore le persil ! Elle a de plus, une action bénéfique contre la fatigue souvent provoquée par la rhinite allergique.

#6 N’oubliez pas la vitamine D

Seconde vitamine ayant toute son importance et souvent assimilée au calcium, la vitamine D.

En effet, elle permet de favoriser l’assimilation du calcium au niveau osseux mais elle régule aussi notre système immunitaire. Elle pourrait même jouer un rôle de prévention dans les infections respiratoires. Synthétisée grâce à l’exposition au soleil, nous sommes bien souvent en déficit de vitamine D en hiver dû à un manque d’ensoleillement. Mais pas de panique, on la retrouve dans l’alimentation : dans tous les poissons y compris les poissons gras, l’huile de foie de morue, le jaune d’œuf ou encore la margarine.

Le petit mot de la fin de DocteurBonneBouffe.com

Maintenant que vous avez rempli votre assiette de toutes ces bonnes choses, faites un brin de ménage dans votre intérieur. En effet, l’environnement dans lequel nous évoluons impacte notre réponse aux allergènes. Saviez-vous qu’1 gramme de poussière abrite 1000 acariens ? Pensez à aérer tous les jours en évitant d’ouvrir les fenêtres au moment où les pollens sont le plus présents dans l’air, aspirer régulièrement les sols surtout les tapis et moquettes. Dernier conseil et pas des moindres : réduire sa consommation de tabac. La fumée de cigarette est un des facteurs de gravité de l’asthme.

Il est bien sûr nécessaire de consulter un médecin afin d’établir le diagnostic et de mettre en place un traitement adapté si vous souffrez d’allergies. D’autant plus que certaines allergies au pollen peuvent également entraîner une réaction, dite croisée, à certains aliments pouvant se traduire par des troubles intestinaux. Il s’agit alors de bien diagnostiquer le type d’allergies à laquelle vous êtes confrontée. En cas d’impression de gorge et de lèvres gonflées ainsi que de difficultés, voire d’arrêt respiratoire, il peut s’agir d’une urgence médicale. Dans ces cas là, consultez en urgence.

Et pour faire le point sur votre équilibre alimentaire, n’hésitez pas à consulter un(e) diététicien(ne).

Sources : Larousse, INSERM, IEDM, Microbiotes-santé.fr

Commentaires

commentaires

Diététicienne exerçant en libéral dans le Haut-Rhin, Aurélie Boetsch est notre experte en micro-nutrition. Gourmande et fan de cuisine, elle adore photographier ses petits plats afin de partager ses recettes et l’envie de manger sainement et équilibré en toute simplicité !